Culture

L’art de la correction-relecture, un métier de l’ombre

Ecrit par Chris L.

Celui qui veut corriger son livre se voit proposer tout et son contraire. Comment trouver le bon prestataire dans cette jungle des prix ? Comment être sûr de la qualité du travail réalisé ? Le Corrigeur fait le point en nous renseignant sur les différentes pratiques rencontrées. Notamment sur l’utilisation de certains logiciels de correction orthographique. 

€/h : le professionnel de la correction anonyme ?

Le plus cocasse reste le prétendu correcteur professionnel qui n’affiche ni les informations légales obligatoires, ni son adresse, ni son vrai SIRET, ni sa base de prix, sans parler d’une orthographe souvent défectueuse dépassant largement le cadre de la coquille.

« Je suis spécialite de la corection et je travail vite. Confier-moi votre ouvrages. »

Mouais, c’est sûr !

3 €/h : le correcteur-relecteur tout juste francophone ?

On retrouve également [ce sont souvent les mêmes] ceux qui sous-traitent en Asie ou en Afrique à des prix particulièrement bas et qui réalisent alors une correction à la hauteur du prix.

— Heu… ! Négligeable ?

— Bah non ! On n’oserait pas.

Bah si ! L’utilisation d’un outil de correction ne sert pas à grand-chose chez celui qui ne maitrise pas la langue.

« Ile étaie thym peu t’y chat peu rond roux-je » (il était un petit chaperon rouge) se verra affublé d’un zéro faute par le site de correction bonpatron.

10 €/h : le prix reposant sur une base pittoresque

Certains correcteurs-relecteurs fondent leur prix sur un forfait calculé au nombre de caractères, de mots, de phrases, ou à la quantité de lignes, de feuillets, de pages, voire [carrément !] au type de document. Il est vrai après tout que l’écriture d’une poésie réalisée avec une grande minutie sur un grain de riz est nécessairement facturée moins chère que la même réalisée au pochoir sur une affiche puisque la surface est moins grande. Non ! Ha bon ! Bref ! Comparons.

Cas no 1 :

34 caractères, 6 fautes, 21 secondes.

« Au pare-avant, il roulait en motos aux pieds de la montagne. »

Cas no 2 :

98 caractères, 1 faute, 7 secondes.

« Le brave homme circulait autrefois à motos devant ces contreforts montagneux qu’il chérissait tant. »

Ouais ! Mais oh, nous répondent-ils quand on demande à ces personnes pourquoi leur prix est forfaitaire. Il est vrai qu’ils ne trouvent de toute façon pas toutes les fautes.

Les bases de la correction-relecture en expertise littéraire

Mais alors ? Ne dépensez pas votre argent en fumée. Faites appel à un vrai professionnel.

Le travail de qualité nécessite du temps, un long apprentissage, une formation continue, et de gros investissements en documentations, matériels, et outils.

Un vrai professionnel est déclaré et son prix horaire sera à la hauteur des enjeux de la correction. Ils sont d’importance. La publication d’un livre coutera au minimum 10 000 € d’investissement à un éditeur, et la publication d’une thèse toute une carrière à un thésard.

Votre livre ou votre thèse doivent être parfaits.

La prestation de correction consistera à vérifier chaque phrase du document en analysant systématiquement, l’un après l’autre, chacun de ses groupes Sujet – Verbe – Complément.

Pour en savoir plus

Pour en savoir plus sur ce métier incontournable de l’édition, et si vous désirez en connaitre tous les aspects, n’hésitez pas à consulter les sites sur le sujet et surtout, à vous faire votre propre avis sur les prestations proposées.

Merci à Pierre-Gilles de Corrigeur.fr, le correcteur-relecteur de plusieurs bestsellers (éditions) et satisfécits (thèses), pour cette mise en perspective de son métier : https://corrigeur.fr

A Propos de l'auteur

Chris L.

Laisser un commentaire