Installation d’un portail : Comment éviter les pièges courants et respecter les normes locales ?

un portail de couleur blanche

La démarcation d’une propriété est un droit inhérent à chaque particulier. L’option du portail, en plus de ses fonctionnalités de sécurité, est une déclaration d’individualité et d’esthétique. Cependant, malgré une apparente simplicité, l’installation d’un portail se révèle être un exercice encadré par des réglementations précises.

1. Liberté d’installation : un droit nuancé

Selon l’article 647 du Code civil, tout propriétaire est libre de fermer son terrain par le biais d’une clôture, mais qu’en est-il du portail ? La jurisprudence considère le portail comme une extension de la clôture, suivant les mêmes règles que cette dernière. Par conséquent, tout propriétaire est également libre de limiter l’accès à son terrain via un portail.

2. Les autorisations : pas toujours nécessaires, mais…

Le Code de l’urbanisme, tout comme le Code civil, ne mentionne pas explicitement le portail. Par analogie avec les clôtures, l’installation d’un portail ne nécessite généralement ni Déclaration Préalable de travaux (DP) en mairie ni permis de construire. Cependant, des exceptions existent, notamment dans :

  • Les périmètres d’un site patrimonial.
  • Les abords des monuments historiques.
  • Les sites classés ou en instance de classement.
  • Les secteurs définis par le Plan Local d’Urbanisme (PLU).
  • Les communes ayant soumis les murs à déclaration.

De plus, si le mur supportant le portail dépasse les 2 mètres de hauteur, une DP est également requise.

Un portail sur un ancien mur

3. Le Plan local d’urbanisme : une consultation indispensable

Même si votre projet n’est pas soumis à une DP, la consultation du PLU s’avère incontournable. Ce document peut imposer des contraintes en termes de couleur, de hauteur ou de matériaux. Il est donc primordial de s’enquérir de ces spécificités auprès de la mairie avant tout commencement de travaux.

4. La pose en copropriété : une affaire collective

L’installation d’un portail dans une copropriété ou un lotissement nécessite la consultation du règlement de copropriété ou du cahier des charges du lotissement. Malgré cette démarche, il ne faut pas oublier le respect des règles édictées par le PLU.

5. Emplacement : entre voisinage et espace public

L’installation doit respecter les strictes limites de la propriété sans empiétement, que ce soit vis-à-vis du voisinage ou de l’espace public. Certains critères, comme la nuisance sonore ou la privation d’ensoleillement, doivent être pris en compte pour éviter tout litige. Si un portail est envisagé en limite de propriétés mitoyennes, l’accord du voisin est impératif, et une convention de mitoyenneté devra être établie.

6. Réglementations spécifiques pour les portails sur rue

Toute installation en bordure d’un espace public doit respecter le PLU, qui peut imposer des distances précises entre la route et le portail.

Un portail attenant à la rue

7. La hauteur du portail : des règles à ne pas négliger

Hormis les règles spécifiques du PLU, des dispositions générales s’appliquent en fonction de la taille de la commune. Ainsi, dans une commune de moins de 50 000 habitants, le portail doit respecter une hauteur minimum de 2,60 mètres. Dans les communes plus peuplées, cette hauteur s’établit à 3,20 mètres.

En conclusion, si la pose d’un portail reste le choix du propriétaire, sa mise en œuvre doit se faire dans le respect des réglementations en vigueur. Ces dernières garantissent un équilibre entre le droit à la propriété individuelle et le respect du collectif.

Votez pour cet article

Chris L

Bonjour, j'ai plusieurs passions que je tente de partager avec vous au travers de mes sites et notamment sur Infobourg avec le jardinage et l'équipement de la maison. Je vous partage toutes les astuces utiles dénichées ça et là pour que vous ne manquiez rien des dernières trouvailles.