Suite à la pénurie de pellets et à l’explosion des prix : Que va-t-il se passer dans les prochains mois ?

pénurie et prix des pellets

L’année passée, l’offre de granulés de bois (également appelés “pellets”) s’est trouvée très limitée. Les personnes utilisant ce combustible pour poêle ont alors remarqué une diminution des stocks et une flambée des prix des granulés de bois. Voici pourquoi.

L’hiver dernier fut particulièrement difficile pour les utilisateurs de poêles à granulés de bois. En effet, les pellets sont devenus de plus en plus rares et leur prix a sensiblement augmenté. Pendant ce temps, nous attendions la production à grande échelle de pellets alternatifs comme les granulés de lin (voir ici), mais le marché est encore beaucoup trop jeune.

La tonne de pellets était passée de 270 € à 750 € en un an.

À cette époque, nous nous trouvions dans une situation de pénurie potentielle. Qu’allions-nous craindre de manquer avant l’hiver ?

“Nous n’étions pas encore dans une situation de pénurie mais dans une situation de risque de tension” avait indiqué Propellet, l’Association nationale des professionnels du chauffage aux granulés de bois.

Qu’est-ce qui a causé cette pénurie de pellets ?

L’année dernière, les clients ont commencé à demander des granulés de bois bien avant le début de la production pour 2022. “Nous ne vendions donc que les stocks qui nous restaient, il n’y avait pas de pellets qui venaient d’être produits”, se souviennent les professionnels.

Ils expliquaient alors que les gens demandaient généralement le produit bien plus tôt que lorsqu’il était nécessaire.

“Les gens se préparaient à l’hiver avec une avance considérable par rapport aux années précédentes”, poursuivaient-ils. “Le temps pour l’industrie de trouver ses marques et d’augmenter sa capacité de production, il y avait une petite latence. L’offre était limitée par rapport à la demande.”

Un autre facteur a contribué à cette tension : l’arrivée constante de nouveaux consommateurs sur le marché. “Les installations subventionnées de poêles et de chaudières se développaient si rapidement que la capacité nationale de production des combustibles nécessaires ne pouvait suivre”.

En conséquence, certains magasins étaient contraints de limiter les ventes lorsque les stocks commençaient à s’épuiser.

Il n’y avait pas de visibilité sur le volume, la date et les prix, se désolaient certains commerçants.

manque de pellets

Il est toujours prévu de produire un million de tonnes supplémentaires entre 2021 et 2024, et la capacité de production devrait doubler d’ici 2028.

Explosion des prix des pellets

explosion du prix des pellets
Pendant la crise, la hausse des prix a été notable : si l’on examinait le marché de l’époque, la valeur par tonne avait augmenté de 100% depuis 2021.

Cependant, cela se maintenait à un niveau plus bas que les autres énergies.

Le coût de l’électricité avait également augmenté. “Cela n’avait pas véritablement d’impact sur le granulé lui-même, mais plutôt sur le transport, le stockage, etc… C’est tout le processus de fabrication et de distribution qui était touché.

La flambée des prix de l’énergie n’épargnait donc pas les pellets, qui pouvait coûter jusqu’à environ 850 euros la tonne et 13 euros le sac de 15 kg. Le coût des poêles et des chaudières augmentait également, rendant le chauffage hivernal plus difficile pour de nombreuses personnes qui avaient choisi d’utiliser la biomasse.

Qui était concerné ?

De 2020 à 2021, les ventes de poêles à granulés ont augmenté de 41 % et celles de chaudières à granulés de 120 %, avec respectivement 180 000 et 32 000 unités vendues. En outre, l’expiration, le 1er juillet, de l’utilisation des appareils à pétrole a continué de propulser la croissance des appareils – les chaudières à granulés en particulier.

Quelles étaient les recommandations pour les consommateurs ?

Les clients étaient invités à être prudents et à avoir un comportement responsable afin d’éviter les pénuries, selon Propellet.

S’ils avaient suffisamment d’espace pour le stockage, ils étaient encouragés à anticiper leurs achats et à remplir leurs réservoirs pendant l’été, lorsque la demande est généralement plus faible. Cela permettrait non seulement de s’assurer qu’ils disposent de suffisamment de granulés pour l’hiver, mais aussi de bénéficier de prix plus bas.

Les clients étaient également encouragés à se renseigner sur les différentes marques de granulés de bois et à choisir celles qui offrent le meilleur rapport qualité-prix. Une marque de granulés de bois plus chère ne signifie pas nécessairement qu’elle est de meilleure qualité, et il est important de faire des recherches approfondies pour s’assurer de faire le meilleur choix possible.

Enfin, les consommateurs étaient invités à se méfier des arnaques. Avec la pénurie de granulés de bois, certaines personnes pourraient être tentées de profiter de la situation en vendant des produits de mauvaise qualité à des prix exorbitants. Il est donc important de s’assurer que l’on achète à des fournisseurs de confiance.

2023 face à l’impact de la hausse du prix de l’électricité sur le coût des pellets

La récente augmentation de 10% du prix de l’électricité, effective dès le 1er août 2023, a des conséquences sur le coût de production des pellets de bois. En effet, l’électricité est utilisée à plusieurs étapes de la fabrication, notamment pour le broyage des copeaux de bois et le séchage des pellets. Cette hausse impacte donc le prix des pellets, sans toutefois le faire grimper au-delà d’un certain seuil. Il est important de ne pas céder à la panique face à cette situation. Le chauffage aux pellets conserve, en dépit de ces fluctuations, une compétitivité certaine, tout en restant une solution respectueuse de l’environnement.

Les commentaires sont ouverts mais modérés.

Chris L

Bonjour, j'ai plusieurs passions que je tente de partager avec vous au travers de mes sites et notamment sur Infobourg avec le jardinage et l'équipement de la maison. Je vous partage toutes les astuces utiles dénichées ça et là pour que vous ne manquiez rien des dernières trouvailles.