Une femme les mains dans du paillis

7 erreurs fatales à ne pas commettre lors du paillage

Le paillage représente une des tâches horticoles primordiales pour enrichir vos plantes en nutriments, maintenir l’humidité du sol, et réprimer les mauvaises herbes. Néanmoins, mal exécuté, il peut s’avérer plus nuisible qu’utile. Apprenez à identifier les erreurs cruciales à éviter – et les solutions pour y remédier.

Le paillis est une couche de matériau déposée à la surface du sol dans le jardin, typiquement dans les parterres et au pied des arbres. Les avantages de son usage au jardin sont multiples. Il aide le sol à retenir l’eau et les nutriments, réduit l’érosion, supprime les mauvaises herbes et protège les racines des plantes contre les températures extrêmes, chaudes comme froides.

Les jardiniers novices saisissent peut-être l’importance du paillage, mais pas forcément la manière de le faire correctement. Pourtant, un mauvais paillage peut causer des problèmes et nuire au sol comme aux plantes.

Voici les erreurs fréquentes de paillage qui peuvent faire plus de mal que de bien.

1) L’excès de paillis

excès du paillage autour des plantes

Bien que le paillis offre de nombreux avantages, il est possible d’en avoir trop. Un excès de paillis peut piéger trop d’eau aux racines des plantes. Il peut également tasser et compacter le sol, réduisant le flux d’oxygène et d’eau.

La bonne nouvelle, c’est qu’il est facile de corriger un excès de paillis. Il suffit de gratter suffisamment de matériau pour ne laisser en place que cinq à sept centimètres. Utilisez l’excédent dans d’autres parterres ou gardez-le pour combler les zones nécessaires.

2) Un paillis trop clément

Trop peu de paillage

À l’inverse, ne pas avoir assez de paillis annule le but de pailler. Vous ne bénéficierez pas des avantages de rétention d’eau, de suppression des mauvaises herbes, ou de protection des plantes si vous n’appliquez pas assez de paillis. Visez cinq à sept centimètres.

Si la couche de paillis est trop mince, ajoutez-en simplement plus. Gardez un surplus de paillis à portée de main pour réparer les zones qui se sont amincies à cause du vent, du râtissage, ou des animaux fouisseurs.

3) Accumuler du paillis trop haut autour des arbres

Trop de paillis autour des arbres

Certains entassent le paillis autour des arbres en formant un volcan de paillis. Cette structure peut sembler esthétique, mais elle est en réalité nuisible à l’arbre. La couche épaisse de paillis contre le tronc de l’arbre restreint la circulation de l’air et peut étouffer les racines. Un excès de paillis invite également les nuisibles et l’humidité, ce qui peut conduire à des maladies et à la pourriture.

Comme pour d’autres zones paillées, maintenez la couche autour des arbres ou des arbustes à cinq à sept centimètres d’épaisseur. Vous pouvez même laisser un anneau mince autour du tronc sans paillis. Si vous avez déjà créé un volcan de paillis, retirez une partie du matériau pour permettre au tronc de respirer et de sécher.

4) Oublier de désherber avant de pailler

Un des plus grands avantages du paillage est de tenir les mauvaises herbes à distance. Ce n’est pas une solution parfaite, mais une bonne couche de paillis réduit le nombre et la taille des mauvaises herbes, qui concurrencent vos plantes pour l’eau et les nutriments.

Ne pensez pas qu’un tas de paillis tuera les mauvaises herbes existantes, surtout celles qui sont grandes ou bien établies. Les mauvaises herbes sont tenaces et trouveront un chemin vers la lumière. Toujours arracher les mauvaises herbes avant d’appliquer du paillis.

Si c’est trop tard, vous devrez creuser à travers le paillis pour retirer les mauvaises herbes par les racines.

5) Choisir le mauvais paillis

Le nombre de types de paillis parmi lesquels choisir peut être accablant pour un novice. Chaque type a ses usages et avantages. Sélectionnez le bon paillis pour la tâche à accomplir.

Les paillis d’écorce et de copeaux de bois sont de bons choix pour les plates-bandes et autour des arbres, tandis que les coupes d’herbe, les feuilles et le foin conviennent mieux pour les potagers.

Évitez également les paillis colorés fabriqués avec du bois ou de l’écorce traités avec des produits chimiques et des colorants. Le paillis naturel est toujours la meilleure option. Si vous réalisez après coup que vous avez utilisé le mauvais paillis, envisagez de prendre le temps de le retirer et de recommencer. Vos plantes vous en remercieront.

6) Pailler trop tôt au printemps

Il est tentant de sortir dès les premiers signes d’un meilleur temps au printemps et de commencer à travailler dans le jardin. Mais résistez à l’envie de pailler immédiatement. Laissez le sol se réchauffer avant d’ajouter du paillis.

Pailler trop tôt maintient le sol froid, rendant plus difficile pour les semis de pousser et d’émerger. Attendez la mi-printemps, voire la fin du printemps, pour pailler.

Utilisez ce temps pour désherber minutieusement les parterres et ratisser le vieux paillis.

7) Ne pas ratisser le vieux paillis

Déposer du paillis n’est pas une corvée qu’on fait une fois pour toutes. Avec le temps, le paillis se décompose ou est enlevé et dispersé par la pluie, le vent et d’autres forces. Il s’amincit et doit être remplacé régulièrement.

Lors du remplacement du paillis, ne vous contentez pas de le déposer sur l’ancien – prenez le temps de ratisser le matériau ancien. Réutiliser le vieux paillis est une option, mais vous devez le mélanger avec le nouveau matériau.

Laisser l’ancien paillis en place et en ajouter par-dessus contribue à la compaction du sol, ce qui finit par étouffer les racines des plantes et réduit l’absorption de l’eau.

Vous n’êtes pas obligé de retirer l’ancien paillis, mais vous devriez le ratisser et aérer le sol pour réduire la compaction.

Chris L

Bonjour, j'ai plusieurs passions que je tente de partager avec vous au travers de mes sites et notamment sur Infobourg avec le jardinage et l'équipement de la maison. Je vous partage toutes les astuces utiles dénichées ça et là pour que vous ne manquiez rien des dernières trouvailles.