Jardin médiéval : Comment le réaliser et revivre la magie du moyen âge chez vous ?

L’évocation d’un jardin médiéval fait souvent surgir en nous des images de demeures seigneuriales ou de monastères, où le silence règne et le temps semble s’être figé. Mais comment recréer chez soi cet espace vert, véritable témoignage d’une époque lointaine ? Plongeons dans le monde des jardins du Moyen-Âge et découvrez comment donner à votre espace extérieur une touche à la fois historique et pittoresque.

Qu’est-ce qu’un jardin médiéval ?

Les origines du jardin médiéval nous ramènent au Moyen Âge, période s’étendant du Ve au XVe siècle. Ces jardins étaient d’abord associés aux lieux de culte, souvent monastiques, où ils servaient de lieux de méditation et de contemplation. La première chose qui frappe est leur structure : ces jardins sont clos, entourés de murets ou de haies majestueuses qui offrent une sensation de sécurité et d’intimité.

Une structure en damier prédomine, faite d’allées droites, en pierre ou gazonnées, permettant une circulation aisée. Ces allées divisent l’espace en plusieurs sections, chacune consacrée à un usage particulier : potager, verger, carré des simples pour les plantes médicinales, ou encore un coin dédié à la prière ou à la méditation, comme le jardin de Marie.

Le charme de ces jardins repose également sur leur sobriété. Pas de fantaisie ni de décorations superflues. Tout est ordonné, structuré, chaque élément a sa place et sa fonction. Le puits, souvent entouré de buis et de pierres, est un point central incontournable, rappelant l’importance de l’eau au Moyen-Âge.

Histoire et symbolisme du jardin médiéval

Le jardin médiéval n’est pas simplement un arrangement esthétique d’espaces verts et de plantations, il est profondément enraciné dans l’histoire et imprégné de symbolisme. Sa naissance coïncide avec une période où la spiritualité, la subsistance et l’art se mêlent étroitement.

Un jardin du moyen âge

Les jardins clos, tels que nous les concevons dans le contexte médiéval, prennent racine principalement dans les monastères. Ces jardins étaient non seulement des lieux de culture pour la nourriture et les plantes médicinales, mais aussi des espaces de méditation, de prière et de rapprochement avec Dieu. La clôture de ces jardins symbolisait le retrait du monde extérieur et la concentration sur la vie spirituelle.

Chaque élément du jardin médiéval possède un symbolisme. Le puits, par exemple, au centre de nombreux jardins, n’est pas seulement une source d’eau, mais aussi un rappel de la source de vie spirituelle. Les plantes choisies, en particulier dans le carré des simples, étaient souvent sélectionnées non seulement pour leurs propriétés curatives, mais aussi pour leurs significations spirituelles et symboliques.

Quels végétaux planter ?

La richesse d’un jardin médiéval réside en grande partie dans la diversité des plantations. Voici quelques suggestions :

  • Potager : ail, aneth, artichaut, basilic, carotte, céleri, cerfeuil, et bien d’autres encore.
  • Verger : cerisier, châtaignier, figuier, noisetier, poirier, pommier, pour n’en nommer que quelques-uns.
  • Carré des simples : armoise, camomille, coquelicot, mélisse, menthe, safran, et d’autres encore.
  • Jardin de Marie : buis, bleuet, rose, lys, lilas, iris, entre autres.

Le jardin médiéval était souvent organisé en différents espaces ou “carrés”, chacun ayant une fonction ou un symbolisme spécifique. Parmi eux, le “carré des simples” et le “jardin de Marie” sont particulièrement notables.

Le carré des simples

Le terme “simple” dans le contexte médiéval désignait une plante médicinale. Ainsi, le “carré des simples” était une parcelle du jardin dédiée à la culture de plantes utilisées pour leurs propriétés curatives. Ces jardins étaient particulièrement communs dans les monastères, où les moines possédaient des connaissances en herboristerie et utilisaient ces “simples” pour soigner la communauté. Parmi les plantes couramment cultivées, on trouvait la mélisse, la menthe, le thym ou encore la camomille, connues pour leurs bienfaits variés, allant de la digestion à la relaxation.

Jardin médiéval dans un château

Le jardin de Marie

Aussi appelé “carré de Marie”, il s’agit d’un espace du jardin médiéval dédié à la Vierge Marie. Au Moyen Âge, la Vierge était souvent associée à la notion de jardin fermé ou “hortus conclusus” en latin, symbolisant sa pureté. Le Jardin de Marie était donc un espace de méditation et de dévotion, souvent agrémenté de fleurs associées à la Vierge, comme la rose (symbole de la passion), le lys (symbole de pureté), ou le bleuet (symbole de l’humilité). C’était un lieu destiné à la contemplation, à la prière et à l’épanouissement spirituel.

Ces deux espaces, bien distincts dans leurs fonctions, témoignent de l’étroite relation entre la spiritualité, la médecine et la nature durant le Moyen Âge. Ils offrent un aperçu de la manière dont nos ancêtres percevaient et utilisaient les plantes, à la fois comme soutien physique et comme symbole spirituel.

Comment entretenir un jardin médiéval ?

L’entretien d’un jardin médiéval requiert une attention particulière. L’exposition solaire est cruciale pour la croissance des plantes. Un arrosage régulier, l’apport de nutriments et la lutte contre les mauvaises herbes sont essentiels. Les haies, qui délimitent souvent ces jardins, nécessitent une taille régulière pour maintenir leur aspect ordonné.

Conseils pratiques pour l’élaboration du jardin médiéval

Si l’idée de construire un jardin médiéval vous séduit, voici quelques étapes et conseils pratiques pour bien démarrer :

  • Planification et esquisse : Avant de commencer, faites une esquisse de l’agencement souhaité. Considérez l’espace disponible, l’exposition au soleil et la nature du sol.
  • Bordures : Pour les bordures en bois, choisissez des essences durables et résistantes à la décomposition. Le châtaignier ou le noisetier sont d’excellents choix. Si vous optez pour des plessis, le tressage des branches doit être serré pour garantir solidité et durabilité.
  • Parterres surélevés : Ils sont essentiels pour un bon drainage. Une profondeur de 30 à 40 cm est idéale pour la plupart des légumes et des herbes. Utilisez une combinaison de terre végétale, de compost et, si nécessaire, de sable pour améliorer le drainage.
  • Allées : Assurez-vous qu’elles soient assez larges pour circuler aisément, surtout si vous prévoyez d’utiliser des outils ou une brouette. Si vous choisissez de pavées les allées, veillez à bien les stabiliser pour éviter que les pierres ne bougent avec le temps.
  • Éléments centraux : Si vous envisagez d’ajouter un puits, même simplement décoratif, réfléchissez à son emplacement dès le départ. Veillez à ce qu’il soit accessible depuis toutes les sections du jardin.
  • Choix des plantes : Tenez compte des besoins spécifiques de chaque plante en matière d’exposition solaire, de type de sol et d’espace. L’organisation par carrés ou sections facilite la rotation des cultures, bénéfique pour la santé du sol.

En suivant ces conseils et en prenant le temps de bien planifier, la construction de votre jardin médiéval sera non seulement une aventure passionnante, mais aussi le début d’un voyage à travers le temps et l’histoire.